Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2015

Nouvel ouvrage : "DANS LE CHAMP SOLAIRE" ou comment le Soleil est devenu un objet de science partagé

Bonjour et bonne année à tous et toutes !

Pour mes étrennes et les vôtres, voici l'annonce de la parution de notre nouvel ouvrage collectif, avec Stéphane Le Gars et l'appui du Groupe d'Histoire de l'Astronomie du Centre François Viète : "Dans le champ solaire. Cartographie d'un objet scientifique", chez Hermann à Paris (prix 24€). A mettre en toutes les mains ; lisible par tout le monde !

Champ solaire, Soleil, astronomie, histoire

Lire la suite

27/12/2013

Goodies : Jean-Claude PECKER, 1957, Radio - "Tribune du Progrès"

Joyeux Noël :

Voici une émission radio datant de 1957 sur les progrès de l'astronomie, par Jean-Claude PECKER, à l'émission de radio "La tribune du Progrès".

Bonne écoute !

http://boutique.ina.fr/audio/media/entretiens/PHD89016189...


(mp3 sur demande) Pecker-1957.jpeg

22/12/2013

L'AFFAIRE GALILEE - Une nouvelle vidéo de mon collègue Jérôme LAMY

Tout savoir sur galille et les débuts de la science moderne ?

Voyez cette vidéo :

http://www.canal-u.tv/video/tele2sciences/l_affaire_galil...

 

L'AFFAIRE GALILÉE

Galilée et la science moderne


Dans cette vidéo pédagogique, l’historien de sciences Jérôme Lamys’appui sur les textes originaux pour replacer l’affaire Galilée dans l’histoire de la science moderne

Que s’est-il passé pour la science au 17e siècle ?

Une nouvelle manière d’envisager le monde, la nature et les lois qui semblent la régir, apparaît. Les historiens parlent de Révolution scientifique. Mais il ne faut pas si tromper : les Grandes Découvertes, l’humanisme de la Renaissance et le développement de l’imprimerie avaient déjà ouvert de nouveaux horizons. Le 17e siècle puise dans ce renouvellement complet des cadres mentaux. Les savants échangent sur leurs découvertes, discutent de leurs méthodes, exposent leurs instruments et publient leurs travaux. Les académies deviennent des lieux de savoirs ; des journaux essaiment les connaissances nouvellement produites.

Qui est Galilée ?

Galilée est parti prenant de cette Révolution scientifique ; mais il n’est pas la Révolution scientifique à lui tout seul. Son parcours et ses travaux mettent en lumière les changements en cours, les évolutions à l’œuvre. Galilée est tout à la fois un universitaire et un courtisan, il tisse un réseau de relations qui lui permettent d’asseoir sa position et de compter ses appuis.

Quelles découvertes a-t-il faites ?

Dans le domaine de l’astronomie, ses observations sont très liées à une récente innovation instrumentale : la lunette (comme le microscope pour les sciences naturelles) est un objet d’investigation qui ne s’impose pas par lui-même. Galilée –qui n’en est pas l’inventeur- en a systématisé l’usage : il doit l’imposer comme outil d’investigation et comme objet légitime pour la science.

Comment Galilée a-t-il communiqué ses découvertes ?

Galilée sait également fait bon usage des différents registres éditoriaux à sa disposition. Lorsqu’il s’adresse à ses collègues savants, il écrit en latin et s’il veut convaincre au-delà, il écrit en italien

Quelles sont les conséquences pour le rapport science/religion ?

Galilée s’affronte à l’Eglise et à sa conception du monde. En associant ses observations aux thèses coperniciennes, Galilée déséquilibre le dogme religieux.

En retraçant le parcours d’un savant immergé dans la Révolution scientifique, nous saisirons à la fois les formes sociales dont il est le produit, qu’il contribue à transformer et dont il exploite les opportunités. De même, nous tenterons de saisir la manière dont il tente de concilier la nouvelle conception du monde dont il est porteur et le poids de l’Eglise.

11/07/2011

Mon site pour l'argenture des miroirs de télescopes

Bonjour !

Voilà l'été et le temps de se remettre aux observations de plaisir ou de recherche. Mes télescopes sont restés inutilisés pendant plusieurs années et les argentures des miroirs étaient inutilisables. Mais la boîte nantaise (MIRVAL) qui assurait les argentures en relation avec la Société astronomique de Nantes, ne le fait plus pour le moment ! J'ai donc décidé de le faire moi-même.

miroir T150

Après quelques études et essais :

Résultat ici : http://www.wix.com/guyboistel/argenture-de-miroirs

Bonne lecture

GB

22:42 Publié dans Science, Web | Lien permanent | Commentaires (0)